Rechercher

L'heure du bilan

Les 12 nuits de Yule ont commencé lundi.

D'ailleurs je ne sais pas ce qui m'a pris lundi mais depuis, je vide ma maison à coup de sacs poubelle, de caisses...

Je me débarrasse de toute une partie de ma vie qui m'encombre et prend la poussière.

Lorsque mes ainées étaient petites, nous avons opté pour la liberté de l'instruction en famille.

Nous avons eu de belles années (11 en tout à partir des 5 ans de l'ainée) mais j'ai décidé l'année dernière que mon bien être était prioritaire (je ne peux pas m'occuper de mes enfants avec amour et bienveillance si tout en moi hurle au silence et au calme extérieur) et j'ai scolarisé les petits derniers. (les grandes ayant fait elles même le choix de l'école il y a peu).

J'étais épuisée par la charge mentale qui m'incombait de leur bien être émotionnel, physique, intellectuel, créatif etc... (mon mari a été présent mais il bossait beaucoup à l'extérieur et je me mettais la pression seule).

J'avais envie de me recentrer sur moi, sur mon coeur oublié, sur mon corps oublié, sur ma vie spirituelle que je voulais approfondir. Mais avec cinq enfants à temps plein, la charge me semblait insurmontable. On ne peut pas tout faire bien.

Et j'avais à coeur de vous transmettre tout ce qui était enfoui en moi et qui émergeait petit à petit au fil de mes formations.

Comme si mon enseignant m'avait aidé à trouver la clé qui était dans ma poche de cette immense commode qui était sous mon nez mais dont tous les tiroirs restaient fermés...

J'ai trouvé la clé, merci...

Petit à petit ces dernières années, j'ai ouvert des tiroirs des connaissances enfouies et cachées en moi. Qu'il est bon et doux de se reconnecter à soi et aux autres par la voie alchimique de la Vie.

J'ai encore tellement de tiroirs à ouvrir...

Mais les choses m'encombrent, les objets, la poussière, les toiles d'araignées, les jouets au sol... Je n'ai parfois ni le temps, ni la place pour accéder à la commode. Alors ouvrir les tiroirs et les explorer ? N'en parlons pas.

Je brûle néanmoins d'un ardent désir de découvrir les parts de la Marylène cachées dans cette commode maintenant que j'ai la clé! Les bonnes, comme les mauvaises. Comme un enfant trépignant devant son cadeau de noël, je VEUX ouvrir les tiroirs de ma commode!





Il me faut donc agir et commencer par faire du ménage pour y accéder. Et cela doit d'abord passer par du concret, du matériel.

Hier sur un coup de tête j'ai jeté une centaine de romans que je conserve comme un précieux trésor depuis que j'ai ? 10 ans? plus????

Des livres JAMAIS réouverts!

(tout est parti dans la boite à livres devant la mjc de Charlieu, il y a des romans quasi neufs! si ça vous intéresse, go )

J'ai jeté des livres de mes enfants qui ne me mettaient aucune joie et qu'ils n'ouvraient pas.

J'ai trié 4 étagères de livres que j'avais accumulé pour l'instruction en famille et j'ai réduit à 3 étages d'une étagère neuve et jolie...

Nous avons vidé une partie des classeurs d'histoire, de géographie, de sciences (une partie parce que le travail est si titanesque que l'on doit finir aujourd'hui) et jeté tous les lapbooks créés ses onze dernières années.

Je vais aussi jeter les étagères et faire de la place, pour respirer et pour installer un coin pour ma petite qui n'a pas d'espace dédié.

J'ai encore du travail sur la partie loisirs créatifs.

J'ai envie d'acheter des boites jolies que je pourrais déposer sur de jolies étagères vides des livres.

Je ne faisais plus l'instruction en famille, je ne lisais pas ces livres.

Alors à quoi bon les garder ?

Ma maison m'a t'on dit un jour était la caverne d'ali baba. On y trouve de tout...

Mais quel bazar n'est ce pas dans la caverne d'ali baba ?

Et bien j'ai envie de faire de la place pour tout ce qui voudrait encore s'y ajouter et en vidant tout ce barda inutilisé, j'ai eu la joie d'enlever la poussière et de faire de la place pour tous les livres que j'ai gardé, ceux que j'espère un jour relire, tous nos livres achetés récemment qui me parlent de douceur de vivre et d'amour de soi, d'amour de l'UN et des autres.



Cette année j'ai aussi vidé par coffres complets les vêtements d'enfants accumulés, trop petits, trop grands, trop moches aussi, trop vieux. Mini M. est notre dernière enfant et en faisant ça, je jette à la poubelle (à emmaus en fait), une part de ma vie que j'ai adoré, celle de maman de petit . Mais aussi la maman épuisée qui n'a quasiment pas dormi plus de deux nuits d'affilées sans être réveillée depuis 17 ans...

J'ai trois caisses de couches lavables à trier et à vendre aussi ! C'est vraiment une sacrée symbolique pour la maman militante que j'ai été dès les premiers mois de ma grande (parentalité alternative, allaitement long, naissance naturelle et libre, cododo, bienveillance, écologie, zéro déchet... Tout ce qui vous semble logique maintenant car plus répandu et médiatisé ne l'était pas il y a 17 ans, nous étions avec un petit groupe de parents les pionniers du changement ! J'ose le dire!)

Une part de moi est en joie d'en finir avec les couches lavables oui !!!!

2021 était pour moi l'année 1, j'en ai fini avec certaines parts de ma vie, certaines choses, d'un point de vue émotionnel et concret aussi. Nous sommes en train de nous remettre en mouvement pour finir des morceaux de la maison que nous avions commencé mais non finis car c'était vivable ainsi.

Je ne veux plus de vivable !

Je veux du pratique, du propre, de l'espace et surtout surtout du beau!