top of page
Rechercher

Sur le chemin de la renaissance, la mort de l'être.

Dernière mise à jour : 22 mars 2023

Je viens d'avoir 41 ans ce jour de printemps 2023.

L'année dernière, j'ai eu 40 ans et aussi cliché que cela puisse (me) paraitre, j'ai vécu un tournant dans ma vie, un éveil à moi même aussi hallucinant, évident, traumatisant, qu'émerveillant et ceci le jour même de mon anniversaire.

Je le sentais venir bien sur, je savais, j'avais peur, quelque chose allait arriver...

Je ne savais pas quoi, je ne comprenais pas...

Mais je pouvais sentir la nervosité qui m'habitait depuis plusieurs mois, mes cellules qui réclamaient un alignement, mes ombres qui me susurraient de plus en plus fort ce que je me cachais si bien à moi même...



Tout avait d'ailleurs démarré plus d'un an avant, souvenez vous, je vous racontais ici que j'avais commencé à explorer mes ombres, pourquoi et comment.

En juin 2021,

je commence à travailler les ombres





Lorsque l'on tape dans un domino, si le chemin est bien tracé, il vient taper dans celui d'après jusqu'à effondrement total de la construction...



Les dominos ici, ce sont mes ombres.

Le travail de l'ombre n'est pas un travail du sombre, c'est un travail de mise en lumière de toutes les parts qui nous habitent mais que nous nous cachons.




En commençant mon chemin sur la voie chamanique, j'ai commencé à taper dans le premier domino pour arrêter de me voiler la face sur qui j'étais réellement.


En décembre 2022,

je décide en conscience d'ouvrir

un à un les tiroirs de la commode de ma vie.




Un an plus tard, en relisant cet article, j'ai l'impression qu'une vie complète s'est déroulée.


Parce que ce 20 mars 2022, le jour du printemps, de mes 40 ans donc, j'ai vécu un éveil de conscience et une montée de kundalini aussi qui a bouleversé ma vie.

Pendant une semaine, j'ai eu l'impression de flotter sur un nuage, j'étais une envolée papillons de bonheur intense, je m'étais observée en lumière, tête, coeur, corps, âme... J'avais fait un avec le tout comme jamais avant.


S'il vous plait, ne faites pas comme moi, faites vous accompagner tout de suite par un professionnel si jamais il vous arrive la même chose...


Même si sur le moment, la conscience en éveil, en ébullition, tout peut sembler beau et extatique, la descente est souvent aussi violente que la montée en vibration a été puissante.

Puisque après l'extase, la lessive (référence à Zaz et au livre de Jack Kornfield ), je me suis rendue compte combien ma vie quotidienne ne correspondait pas à tout ce qui s'agitait au fond de moi.

J'avais vu ce à quoi j'aspirais spirituellement, émotionnellement, physiquement et intellectuellement.

Comme un rêve éveillé.

La claque!


Très vite, !'univers (les guides ou mon inconscient? Peut importe) m'a lancé un défi que j'ai suivi avec difficulté pendant 40 jours: Me prendre en photo chaque jour et sans vraiment raconter ma vie, mettre des mots sur l'intime qui se jouait en moi. Je devais poster tout ça sur les réseaux, véritable challenge.

Ce défi (et les retours) que j'ai eu a clairement changé ma vie en profondeur. Il m'a permis de me comprendre.

J'ai ensuite posé l'intention ferme de modifier les choses qui ne me convenaient plus et d'obtenir celles que je désirais en m'achetant la petite plaque en photo ci dessous

✨✨✨✨✨✨✨✨ Dream it Wish it Do it ✨✨✨✨✨✨✨✨


✨✨✨✨✨✨✨✨

Je l'ai rêvé Je l'ai souhaité Je l'ai fait ✨✨✨✨✨✨✨✨

Il a d'abord fallu mettre en mots ce qui m'habitait, les maux aussi. Les écrire, les parler à des personnes de confiance et à mes proches.

Ce ne fut pas facile.


Souhaiter devenir pleinement soi c'est aussi accepter de devoir guérir ce qui n'a plus besoin d'être. Les souvenirs de violences vécues dans cette vie, dans d'autres se sont mises à affluer dans ma tête, mon coeur, mon corps...

Ce ne fut pas facile.


Et de janvier à début octobre 2022, je peux le dire maintenant, j'ai vécu un éveil, une transformation en mode yoyo émotionnel qui m'a fait rencontrer tantôt un bien être total, tantôt le désespoir, le néant, la dépression, la nuit noire de l'âme, l'effondrement total de mon être.


Effondrement de la Marylène, que j'étais ou du moins que je croyais être.

La fille, la femme, la mère, l'amie, la praticienne...

Plus rien n'était.


40 ans de vie, 24 ans d'amour amoureux, 18 ans de maternité, 8 années de pratique chamanique consciente...

Plus rien n'était.


Juste le néant, l'aspiration par le vide...

Ce ne fut pas facile.


2022, quelle drôle d'année tellement pas drôle...

Les chocs émotionnels liés à ma vie intime se sont cumulés avec la difficulté de vivre de mes enfants dans ce monde de fous.

Comme si chaque mois, une nouvelle claque...

2022, là où la vie et la mort se sont rencontrés si souvent dans mes cellules pour me crier leur existence.

Ce ne fut pas facile.


Les vannes tsunamesques de larmes que je retenais depuis mon enfance se sont ouvertes et écoulées en dehors de mes yeux, de mon corps, de ma bouche...

Ce ne fut pas facile.


J'ai lavé mon être.

J'ai lavé les désespérances qui étaient miennes depuis ma naissance en 1982, depuis d'anciennes vies aussi grâce (ou à cause?) de mémoires qui sont remontées avec violence.

J'ai nettoyé tout ce qui venait à moi en accueillant, ce que je sentais être un déchirement du corps, du coeur, de l'âme...

Ce ne fut pas facile.


Je me suis sentie (et j'ai été) abandonnée, critiquée, rejetée ou incomprise de tout mon entourage à trois exceptions près.

Ce ne fut pas facile.



Un pendant.




✨✨✨✨✨✨✨✨ J'ai pleuré, tellement pleuré, j'ai arrêté de lutter contre les émotions qui emplissaient mon être tout entier, qui laceraient mes tripes, qui ruinaient ma tête... Je les ai laissé prendre leur place.

Petit à petit, vague après vague, inspire après inspire...


J'ai lu les textes de Jeff Foster et de Issa Padovani, comme des ancres auxquelles me raccrocher.

J'ai écouté des musiques, en boucle, clouée dans mon fauteuil, le regard dans le vide.

Je me suis souvenue d'une vision d'un moi futur qui me disait que ce n'était pas facile mais que ça valait le cout, le coup...

Je me suis reliée chaque jour à la croyance d'une force créatrice qui nous veut du bien.

Petit à petit, vague après vague, inspire après inspire...


J'ai tenté de surfer sur mes émotions comme si elles étaient des vagues sur l'océan de ma vie.

Petit à petit, vague après vague, inspire après inspire...



Parfois, quand on est au bout du bout, on ne croit plus en rien et la foi en un meilleur avenir disparait. Je suis tombée de la planche de surf.


J'ai sombré dans les profondeurs des eaux élémentaires.


Petit à petit, vague après vague, inspire après inspire...




Jours comme suspendus où je ne croyais plus en l'amour, en la vie, en rien, même pas à mes enfants, seule persistait une dernière certitude, les sensations de mon corps existaient et je pouvais m'y rattacher.


Et petit à petit,

vague après vague,

inspire après inspire,

j'ai senti le néant et la mort m'aspirer,

j'ai été assurée de leur existence.


Alors j'ai prié, du plus fort que je pouvais la mort et le néant de m'aider.

Je crois que ce soir là, j'avais touché le fond.

J'ai prié, encore et encore à la Mort de me venir en aide.

Comprenez bien que je ne voulais pas mourir!

Les enseignements chamaniques de mon merveilleux enseignant Willem Hartman sont venus à moi, comme une bouée de sauvetage.


La Mort comme alliée...


La mort comme alliée pour m'aider à tuer ce dont je n'avais plus besoin pour me sentir de nouveau vivre, respirer, être.


Petit à petit, vague après vague, inspire après inspire...

En demandant de l'aide à la mort, je suis revenue à la Vie.




Aujourd'hui, un an après cet éveil qui a implosé ma vie et celle de mon entourage, je fais le point, j'ai survécu. Le soleil chauffe mon corps derrière la vitre, j'ai passé une nuit douce et reposante avec la personne que j'aime... Comme si une autre vie s'était déroulée depuis.



Comment ?

Parfois je me demande encore...

Ce chemin de re-naissance fut long et sinueux.

Est il complètement fini?


J'ai à coeur de vous conter ce qui m'a aidé à émerger des profondeurs de l'océan, à me remettre à croire, à vivre, à aimer, à rire même...


Je reviens vite vers vous pour tout cela.


Marylène, 41 ans et un jour,

échevelée après un fou rire de dingue,

qui se demande régulièrement dorénavant

qui elle a envie d'être et comment faire pour y parvenir.




Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page